L’être entre deux mondes

Il me semble que, du début à la fin de notre vie, nous ne soyons, à l’image d’un enfant venant de naître, qu’ignorants et gesticulants sur Terre. Qu’importe ce que l’on apprend ou ce que l’on vie, et où que l’on aille, le flou persiste. Le plafond de verre résiste. Y a-t-il un sens enveloppé dans l’expérience humaine ?

Aurele Écrit par :